L'escorte (1966) - prépublication dans "Spirou" (1380-1401) en 1964-65

Dans cet album, les auteurs, peut-être en panne d'imagination, décident de réutiliser le personnage de Billy the Kid. Loin d'être une pâle resucée, cette nouvelle histoire est largement au niveau de la première. Lucky Luke est chargé d'escorter le jeune truand entre le Texas où il est emprisonné et le Nouveau Mexique, où il doit être jugé. À notre sens, cet album constitue une illustration presque parfaite du formidable talent de conteur de Goscinny. L'Histoire est un road movie. Elle ne fonctionne que sur la succession des diverses embûches que cet étrange convoi rencontre sur sa route. Lucky Luke développe des liens étroits avec son compagnon spécial, au point de s'occuper de lui, sinon comme un père, du moins comme un grand frère.

La lâcheté des "honnêtes gens" morts de peur devant le terrible gamin y est poussée à outrance pendant les deux tiers de l'album pour mieux faire place à un superbe rebondissement à la fin, assorti d'une morale claire et nette : la justice doit passer coûte que coûte, quel qu'en soit le prix. La scène d'ouverture du rodéo est très réussie, symbolique à elle seule de tout l'humour de Goscinny. Le personnage de Bert Malloy, complice minable de Billy the Kid est particulièrement bien campé. La ville de Bulbous Town qui se résume à trois maisons seulement est très symbolique, très frappante sur le plan graphique. Rarement, on a une vision aussi synthétique de l'isolement des habitants du Far West.

Le gag : la meule de foin

Envie de découvrir un autre album ?