Billy the kid (1962) - prépublication dans "Spirou" (1210-1231) en 1961

Les auteurs mettent en scène Billy the Kid, personnage inspiré de William Boney, célèbre truand mort à 22 ans après avoir abattu la bagatelle de 21 personnes et qui inspirera au moins quatre films à Hollywood. Il avait déjà été évoqué dans "Hors la loi" et "Lucky Luke contre Joss Jamon" où l'on voyait une affiche promettant une récompense pour sa capture mais son visage d'alors n'avait rien à voir avec celui choisi dans cet album. Il portait même une moustache. Billy the Kid est ici présenté comme un sale gosse capricieux et méchant, mais aussi encore très enfantin dans ses goûts et certaines de ses attitudes. Il boit du chocolat, mange des caramels mous et adore les contes de fées.

Evidemment, c'est sur ce contraste que se base tout l'humour de cette aventure qui en remet une sacré couche sur la lâcheté de la population de Fort Wealking, la ville que le jeune bandit s'amuse à terroriser. Lucky Luke fait preuve d'une patience d'ange car il veut éliminer Billy par des moyens légaux au terme d'un procès équitable. La difficulté d'obtenir des témoignages à charge est un thème central de cette histoire beaucoup plus profonde qu'elle en a l'air.

Il fait aussi alliance avec un journaliste local, seul homme prêt à se dresser contre la puissance du terrible gamin. L'analyse de la puissance du quatrième pouvoir ne manque pas de sel.Le succès de Billy the Kid sera tel que les auteurs le reprendront quatre ans plus tard dans "L'Escorte", sorte de deuxième tome tout aussi réussi que le premier. Mais à la différence des Dalton, Billy the Kid ne sera pas utilisé comme méchant récurrent, sauf une apparition fugace dans "Jesse James". Il en aurait été tout aussi digne.

Le gag : La trace du O'Hara dans le mur.

Curiosité : Cet album a eu deux couvertures. La première a été censurée pour cause de violence. Un O’Hara et un O’Timmin s’y tiraient mutuellement dessus.

Envie de découvrir un autre album ?