(29) " Des barbelés sur la prairie" 1967- prépublication dans "Spirou" (1411-1432) en 1965

Lucky Luke retrouve sa vocation de Robin des Bois. Il s’attaque à un problème de société, à savoir la concurrence entre les gros éleveurs et les petits fermiers qui cohabitent dans les plaines de l’Ouest. LL va défendre Vernon Phelps et de son épouse terrorisés par l’autoritaire Sam Casey, potentat local qui refuse de les voir s’établir sur les terres ou paissent ses troupeaux de bovins. Cet album est remarquable car il traite d’un thème américain par excellence : la propriété et plus généralement, l’état de droit par opposition à la loi de la jungle. Remarquons que LL ne fait pas preuve de sectarisme, fidèle à ses principes, il se range du côté des plus faibles, alors que sa formation de cow boy aurait pu le pousser à soutenir le lobby de la viande rouge. La scène ou LL intervient pour secourir Phelps pris au collet par Casey est un moment d’anthologie.
Le symbole du fil de fer barbelé est tout à fait ambigu. Communément vu comme incarnation de l’injustice et de la privation de liberté, il est au contraire utilisé comme une arme d’émancipation par les petits fermiers en lutte pour que leurs droits soientrespectés. La case où ils s’exclament « on est libre » alors qu’ils sont cernés par les clôtures est un vrai morceau de bravoure évocateur du communautarisme à l’américaine.
La couverture est tout à fait réussie. L’à-plat gris est du plus bel effet. Cet album est à ranger dans les perles de la série.

Le gag : le bouquet de fleur qui pèse trop lourd

La réplique : « C’est quoi le thé. »

Curiosité : Le thème de l'album est peut-être lui aussi inspiré du film "L'Homme des vallées perdues" ("Shane") de George Stevens (1953) avec Alan Ladd dans le rôle principal. On y traite ce problème de la rivalité éleveurs-cultivateurs. Le film servit de référence à Morris pour "Lucky Luke et Phil Defer" sortit neuf ans auparavant mais uniquement pour le personnage du tueur à gages, caricature du rôle interprété par Jack Palance.

On peut aussi penser que René Goscinny s’est inspiré du film « Les Ranchers du Wyoming » (« Cattle King ») sorti en 1963. Un film de Tay Garnett avec Robert Taylor et Robert Middelton dans un rôle de méchant qui fait penser à Cass Casey.


retour à la selection des albums