(10) " Alerte aux Pieds-Bleus " 1958 - prépublication dans "Spirou" 938 à 957 (1956)

Morris reprend ici, et le dessin et le scenario, à cause d’un voyage de Goscinny aux Etats-Unis. Pour la première fois, l’action tourne entièrement autour des indiens, chose finalement assez rare dans la série. Seuls « Le vingtième de cavalerie », « Canyon Apache » et dans un moindre mesure « Le chasseur de primes » et « Les Collines noires » reprendront cette veine. Ici, il est question des Pieds Bleus qui assiègent une petite ville de l’Arizona, Rattlesnake Valley.


Le propos est manichéen et pas très flatteurs pour les premiers habitants des Etats-Unis, et surtout pour leur chef Ours Assoiffé, décrits comme des buveurs invétérés, manipulés qui plus est par Cucaracha, un truand mexicain de faible envergure.



Disons que cet album n’est pas vraiment essentiel tant les gags y sont téléphonés et l’histoire décousue. On retiendra encore quelques cadavres (un indien, un coyote) plus l’agonie d’un chien en gros plan. On se souviendra aussi du partenaire de Lucky Luke, le fade sherif Jerry Grindstone, agaçant par sa superstition.

A noter quand même l’intervention des bisons, particulièrement bien dessinés. Ils régénèrent l’histoire du point de vue esthétique.
A noter que Jolly Jumper s’exprime pour la première fois depuis « La mine d’or de Dick Digger ». Page 45, il dit : « impayable ce cow boy ». Mais il faudra attendre quatre ans pour que Goscinny lui redonne la parole, cette fois définitivement.


retour à la selection des albums