(10) " L'héritage de Rantanplan " 1973- prépublication dans "Pilote" (717-736) en 1973

Ran Tan Plan inventé en 1960 se voit consacré puisque son nom figure pour la
première fois dans le titre d'une aventure. Mais cet album dépasse largement
le cadre de la personnalité du chien le plus bête de l'Ouest, il traite en fait plusieurs sujets simultanément : léger comme l'excentricité de ceux qui, aux Etats-Unis, lèguent leur fortune à des animaux de compagnie ; plus grave comme la question du sort des immigrés asiatiques en butte au racisme des blancs.
L'appel à la communauté chinoise de Virginia City (Nevada) apporte
évidemment une touche d'exotisme déterminante à l'Histoire, elle n'est pas sans rappeler l'extraordinaire " Lotus Bleu ", d'Hergé. Cet album est puissant car au delà de l'intrigue et des gags, il traite de sujets historiques mais aussi sociaux. LL se retrouve par procuration en position de chef d'entreprise, directeur d'un hôtel, en bute aux réactions d'un personnel inquiet pour le maintien de son emploi. Plus fort, il se retrouve en train d' arbitrer l'affrontement des deux communautés. Encore plus fort, il est obligé de se positionner par rapport à la spéculation et à la cupidité de ceux qui
logent les Chinois à des loyers prohibitifs.

Comme dans tous les albums
"adultes " de la série, la richesse des personnages s'incarnent dans leur
ambiguïté. Les Chinois, présentés comme des êtres cruels au début de l'album
deviennent en fait des victimes au fil des pages.
Les Dalton sont ici en pleine forme notamment au début avec le fameux épisode
du vrai-faux revolver un sommet de l'humour goscinnien.



Le running gag : Fasto Fats, renvoyé chez lui sous forme de colis.

La réplique : " Que me veut ce Mexicain ? "

Curiosité : Il s'agit du dernier album prépublié en feuilleton dans "Pilote ". Les auteurs quitteront le journal, déçu de son évolution éditoriale.

Caricature : Mark Twain, écrivain et journaliste américain. (1835-1910)

retour à la selection des albums